PARURE DE LA FEMME SALIHINA

Forum
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Les classifications du Hadîth

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Oum khadija
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 1174
Age : 30
Localisation : Nanterre
Date d'inscription : 18/12/2006

MessageSujet: Les classifications du Hadîth   Sam 24 Fév 2007 - 21:53



Les classifications du hadîth


Al-mabna (la construction) est bien celle du prophete . Mais el ma'na (le sens) vient d'Allah. A la difference que dans un hadith qudusi le prophete dit: "Allâh a dit" alors que dans un hadith tout court le prophete parle directement sans faire reference a Allah.

Un récit du prophète, commençant par exemple par: "J'ai entendu le prophète dire...".

Il s'agit de la "Tradition fixée", dont la chaîne de transmission s'arrête à un Compagnon (رضي الله عنه). Ce genre de tradition relate ainsi les propos, les gestes ou les approbations des "Sahâbas".

Certaines formes de "Hadith Mawqoûf" ont valeur de "Hadith Marfou'": C'est le cas par exemple quand un Compagon (رضي الله عنه) dit: "Il nous a été ordonné de faire ceci", ou quand il évoque des choses qui ne relèvent pas de son interprétation personnelle, comme les prédictions portant sur les faits à venir (à condition qu'il ne les tient pas des "Gens du Livre").

Il s'agit de la "Tradition interrompue", qui relate les propos, gestes ou approbations d'un Tâbi'i ou Tabi' Tâbi'i.

De nombreux savants utilisent le terme "Athar" pour se référer au [Mawqoûf] et au [Maqtou'], et réservent donc l'emploi du mot "Hadith" uniquement pour les propos, gestes et approbations du Prophète (صلى الله عليه و سلم).

Selon la chaîne de transmission [Isnad]

Un Hadîth qui a été rapporté par un traditionaliste, basé sur ce qu'il a appris de son professeur à une époque appropriée à l'étude ; de même pour chaque professeur jusqu'à ce que la chaîne atteigne un compagnon bien connu, qui de son côté, rapporte des propos du prophète.


Un Hadîth avec une chaîne ininterrompue qui va jusqu'à un compagnon ou un de ces successeur

Il y a déjà quelques divergences ds la définition du moursal. Les 2 définitions que l'on trouve majoritairement sont:


Il manque le compagnon dans l'isnad

Il est dit dans la Bayqouniya: [wa mursal minhu al-sahabi saqata].

L'isnad s'arrête au niveau d'un suivant


Les terminologistes préfèrent cette définition. On utilise alors le terme [mursal ul-sahabi] pour faire référence à la situation 1.


Si l'isnad s'arrête sur un suivant, on ne sait pas s'il rapporte d'un compagnon ou d'un suivant qui pourrait être non fiable... La majorité des spécialistes du hadith pense qu'on ne peut pas se prononcer (à moins évidemment qu'un autre chaîne vienne renforcer le hadith).


De nombreux juristes pensent qu'on peut l'utiliser sous certaines conditions. Par exemple, l'imam Ach-Châfi'i admettait les marasil de Sa'id b. al-musayyab.

D'après l'Imâm Abou Hanifa, Mâlik et Ahmad Ibn Hambal (selon l'avis qui a été le plus retenu de lui), le "Hadith Moursal" est acceptable (sous deux conditions: le "Tâbi'i" est sûr, et il a l'habitude, lorsqu'il cite un "Hadith Moursal", de le tenir d'une personne sûre et fiable). L'un des ouvrages les plus connus recensant des Traditions de ce genre est le "Marâsîl Abou Dâoûd".

Ce dit d'un Hadîth dont le lien à n'importe quel endroit de la chaîne avant le successeur est manquant.

Ibn Hajar (رحمه الله) a dit: "Malik et Al-Boukhari ont une différente compréhension de la validité des hadiths.

Malik ne considère pas l'interruption dans la chaîne comme une défaillance dans le hadith.

Pour cette raison, il cite des hadiths avec des chaînes interrompues du type moursal et mounqati', et des communications sans chaînes (balaghat) comme une partie de l'objet principal de son livre (al-Mouwatta), alors que Al-Boukhari, considère l'interruption comme une défaillance dans la chaîne de transmission.

Ainsi, il ne cite pas ces hadiths sauf comme quelque chose en dehors de l'objet principal de son livre (al-jami' al-sahih), par exemple les commentaires (ta'liq) et les titres de chapîtres". (Hadi al-sari p.21)

Ce dit d'un Hadîth dont le rapporteur omet deux (ou plus) rapporteurs de la chaîne, les uns à la suite des autres. Ce genre de Hadith est unanimement considéré comme étant "Dha'îf".

Ce dit d'un Hadîth dont un ou plusieurs narrateurs qui se suivent ont été retiré au début de la chaîne de transmission. Ce genre de "Hadith" est considéré comme étant irrecevable dans l'argumentation, sauf s'il est mentionné dans un ouvrage sûr et fiable ("Sahîh Boukhâri" par exemple), auquel cas, son statut est différent.

Selon le nombre de rapporteurs impliqués dans chaque étape de la chaîne de transmission

Ce dit d'un Hadîth qui est rapporté par un si grand nombre de personnes qu'il est impossible qu'ils se soient concertés pour convenir d'un mensonge.
Il n'existe aucun doute sur la validité, la véracité et l'authenticité d'un tel Hadith. Pour ce genre de tradition, il n'y a aucun besoin de faire des recherches sur l'état des transmetteurs et des narrateurs ("Râwi").

Des ouvrages spécifiques ont été rédigés par les savants afin de compiler ce genre de Hadiths. On pourrait citer à titre d'exemple le "Qatf oul Azhâr" de l'Imâm As-Souyoûti et le [Nazm oul Moutanâthir min al Hadithil Moutawâtir] de Mouhammad Al Kattâni.

ce dit d'un Hadîth qui est relaté par un nombre important de personnes mais dont le nombre n'atteint pas celui du moutawatir. Il est encore divisé en

Le Hadîth a été rapporté à chaque niveau de transmission par au moins trois rapporteurs. Certains savants utilisent l'appellation de [Hadith Moustafîdh] pour se référer à ce genre de Tradition.

A n'importe quelle étape de la chaîne, deux rapporteurs au moins relatent le Hadîth.

A un certain moment de la chaîne, seulement un rapporteur relate le Hadîth.

Selon la nature du texte et de la chaîne

Ce dit d'un Hadîth qui est rapporté par un narrateur faillible, et dont le récit va à l'encontre d'un Hadîth authentique.


Un ajout au texte du Hadîth par un rapporteur.

Selon le sérieux et la mémoire des rapporteurs


Ach-chafi'i (رحمه الله) indique les obligations pour un tel Hadîth, qui n'est pas moutawatir, afin qu'il soit acceptable: "Chaque rapporteur doit être digne de confiance dans sa religion; il devra être connu pour être véridique dans son récit, de comprendre ce qu'il rapporte, savoir comment une expression différente peut modifier la signification du Hadîth, et de rapporter les mots du Hadîth mot pour mot, et pas seulement au niveau de sa signification".

Il est à noter que l'on distingue deux types de "Hadith Sahîh": Le "Hadith Sahîh li dhâtihi" (Hadith valide en lui-même), qui correspond à la définition donnée ci-dessus, et le "Hadith Sahîh li Ghayrihi" (Hadith valide par autre que lui), qui désigne la Tradition dont l'une des personnes présentes dans la chaîne de transmission présente une défaillance minime sur un point précis, mais le Hadith en question est rapporté par d'autres voies, avec d'autres chaînes de transmission de force égale ou supérieure.

C'est celui qui ne présente pas de marginalité ou de défaut et qui a été rapporté par une chaîne de transmetteurs continue dont l'un des membres présente une défaillance minime par rapport aux conditions nécessaires pour le "Sahîh", et ce manque n'est pas compensé non plus par une autre chaîne de transmission.

Il est évident que ce genre de Hadith a une fiabilité et une force probante moindre par rapport au "Sahîh". Il n'en reste pas moins cependant qu'il est considéré comme source d'argumentation valide.


Faible


Ce dit d'un Hadîth qui n'atteint pas le statut de hasan. Habituellement, la faiblesse est: une discontinuité dans la chaîne, dans ce cas le Hadîth pourrait être - selon la nature de la discontinuité - mounqati' (cassé), mou'allaq (arrêter), mou'dal (perplexe), ou moursal (altéré), un des rapporteurs ayant un caractère suspect, par exemple en raison de ses mensonges, erreurs excessives, opposition au récit des sources plus fiables, participation dans l'innovation, ou ambiguïté entourant sa personne.


Cependant, quand un [Hadith Dhâ'if] est rapporté par différentes voies, et que sa faiblesse n'est pas dû à la perversité et au mensonge d'un de ses transmetteurs, dans ce cas, il acquiert une certaine fiabilité et devient valide dans l'argumentation. On l'appelle alors Hadith bon par autre que lui [Hasan li ghayrihi].

Ce dit d'un Hadîth dont le texte va à l'encontre des normes établies pour les paroles du prophète, ou la chaîne comprend un menteur. Un Hadîth fabriqué peut également être identifié par une anomalie présente à une époque particulière (rébellion...)


Source : du site Risala.net

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://boutiquislamuslima.forumpro.fr
maryam93
Les habituées alhamdoullillah
Les habituées alhamdoullillah
avatar

Nombre de messages : 136
Age : 33
Localisation : 93
Date d'inscription : 18/01/2007

MessageSujet: Re: Les classifications du Hadîth   Sam 24 Fév 2007 - 21:56

:Salm3:

ma soeur

cest important a savoir
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Oum khadija
Admin
Admin
avatar

Nombre de messages : 1174
Age : 30
Localisation : Nanterre
Date d'inscription : 18/12/2006

MessageSujet: Re: Les classifications du Hadîth   Sam 24 Fév 2007 - 21:58




ui j'ai trouver sa très intéréssant

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://boutiquislamuslima.forumpro.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les classifications du Hadîth   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les classifications du Hadîth
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les classifications du hadîth
» Les déclassifications de documents sur les ovnis : Quels sont les objectifs ?
» Classification avec R
» «Allâh n’a pas fait descendre une maladie, sans son remède»
» L'or de la Terre proviendrait de la chute de 160 astéroïdes géocroiseurs

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PARURE DE LA FEMME SALIHINA :: **3** Dogme :: Hadiths-
Sauter vers: